Visite du CEMU de l’université de Caen

Le CEMU est le Centre d’Enseignement Multimédia Universitaire de Caen (http://cemu.unicaen.fr/). Ce billet est écrit suite à la visite que j’ai pu en faire le 12 mai avec Jérome Legrix-Pagès, son Directeur.

Le CEMU a été créé en 1950 environ et émane de la continuation des cours par correspondance. Les enseignant·e·s sont le public principal de ce Centre qui a trois missions : enseignement à distance, ingénierie pédagogique, accompagnement et formation à la pédagogie. Le CEMU est donc le pendant à Caen du Centre NTE DIT à Fribourg. Mais l’échelle n’est pas la même. Aujourd’hui, 60 personnes travaillent au CEMU (l’université de Caen accueille 33’000 étudiant-es) réparties en différents pôles d’activités : développement et innovation pédagogique, appui aux « composantes », plateformes, studio audio-vidéo et studio de création.

De plus, si les missions globales sont analogues, concrètement les deux centres sont en charge d’activités différentes. Ainsi un assez grand nombre des collaborateurs et collaboratrices du CEMU travaillent (comme ingénieurs pédagogiques, graphistes, assistant·e·s technopédagogiques ou collaborateurs du studio vidéo) à la production de contenus numériques qui s’intègrent dans des cours hybrides ou des MOOCs. Au Centre NTE, une telle production multimédia n’existe pas. Dans le groupe suisse des centres e-learning des hautes écoles (communauté Eduhub.ch), nous avons fait le même constat : deux universités différentes, deux organisations différentes.

Par ailleurs, Jérome Legrix-Pagès disait pendant la visite qu’un assez grand nombre des personnels du CEMU peuvent être engagés suite à des appels à projets. Par exemple, l’université de Caen est le lauréat d’un appel du ministère sur la thématique du « Ludopédagogique » et, consécutivement 7 à 8 jeux sont en production. Autre exemple, les projets « réussites plurielles » et « résiliences plurielles » qui regroupent trois universités durant la période 2018-2028. A ce niveau, il semble que la France et la Suisse ne soient pas du tout organisées de la même manière.

Merci encore à Jérome pour la visite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.