Enseignant·e·s et technologies : usages et souhaits

Le centre Learning Technology and Innovation de la London School of Economics a procédé récemment à une enquête auprès des enseignant·e·s sur leurs usages et besoins par rapport aux technologies éducatives. Première réponse, peu surprenante puisqu’on l’entend régulièrement dans tous les domaines : les enseignant·e·s n’ont pas assez de temps pour les technologies. Autre aspect plus intéressant : certain·e·s enseignant·e·s ont parfois l’impression que le centre LTI veut imposer des technologies là où ce ne serait pas nécessaire. A ceci, le LTI répond que son objectif n’est évidemment pas d’introduire des technologies pour elles-mêmes, mais seulement si elles répondent à un besoin clairement identifié. Et de donner l’exemple suivant : les étudiant·e·s se plaignent régulièrement de ne pas recevoir suffisamment de feedback sur leurs travaux. Le LTI propose donc aux enseignant·e·s des outils pour remédier à ce problème, par exemple avec l’activité « Devoir » de Moodle, qui offre de nombreuses possibilités de donner des feedbacks (y compris sous forme audio).

Des documents trop gros pour être envoyés par courriel ?

Depuis juillet de cette année, Switch met à disposition des Universités Suisses un service de transfert de gros fichiers : Switchfilesender.

Si vous avez besoin de transférer des fichiers dont la taille dépasse celle autorisée par le gestionnaire de mail de votre correspondant (5Mo à educanet.ch par exemple) ou si votre fichier dépasse les 20Mo autorisés pour les pièces jointes à l’Université, vous pouvez utiliser ce service.

Partager des notes de cours en ligne

On a parlé récemment dans les médias du succès d’un étudiant lausannois avec son site de partage de notes de cours : « Un site internet permet désormais aux étudiants de toute la Suisse romande de partager leurs prises de notes. «Chaque cours de chaque année de chaque fac de chaque université est listé, énumère le Vaudois Marc-Antoine Künzi, 23 ans, fondateur de summaries.ch. Les utilisateurs n’ont qu’à s’inscrire gratuitement pour y accéder.» » (20 Minutes, 03.10.2014).

Suite à cette information, j’ai regardé les offres existantes pour des services similaires. En voici quelques unes, avec leurs principes de fonctionnement et les types de documents partagés.

Summaries.ch

  • http://summaries.ch/web/index.php
  • « Summaries.ch est une plateforme de partage web-communautaire sur laquelle chaque étudiant(e) peut se connecter afin de partager ou acquérir des résumés, des notes de cours ou des corrections d’exercices et bien d’autre. Le but premier de Summaries.ch est de promouvoir le partage de connaissances et l’accès au savoir via une interaction constante entre les utilisateurs. » (extrait du site)

Studybox, « La plateforme des étudiants »

  • https://studybox.ch/
  • « Créé spécialement pour toi, étudiant Universitaire, HES, HEP, ES ou gymnase/collège/lycée, StudyBox facilite l’apprentissage des matières par la mise à disposition de documents de qualité, rédigés et évalués par la communauté. » (extrait du site)
  • la plateforme contient des « résumés de livres, notes de cours, réponses d’exercices, etc. » (extrait du site)

Etudiants.ch

  • http://www.etudiants.ch/exams/
  • « Alimentés par les étudiants, notre base de données propose une grande variété de supports de cours gratuitement téléchargeables dans des domaines variés. Donne une deuxième vie à tes résumés ou à tes notes de cours, dépose-les dans notre base de données pour les partager avec toute la communauté ! Important. Les documents déposés ne sont pas corrigés. » (extrait du site)

DigiSchool

  • http://www.doc-etudiant.fr/
  • « DigiSchool Documents est une bibliothèque collaborative étudiante en ligne qui met à votre disposition de nombreuses fiches de révision gratuites pour vous aider tout au long de vos études. Retrouvez de nombreuses dissertations gratuites, Fiches de lecture et Résumés de textes, cours de marketing, cours de management, … » (extrait du site)

Nous louons les étudiants pour ces initiatives, pour le temps qu’ils consacrent à promouvoir ainsi le partage du savoir et l’apprentissage collaboratif. Nous leur souhaitons du courage et de la persévérance dans ces projets, par exemple pour améliorer les interfaces proposées ou pour motiver leurs collègues à partager leurs propres notes et documents de cours. Ce sont en tous les cas de beaux projets web 2.0 au service de l’apprentissage.

Pour finir, citons les propos de Thomas Gould, promoteur du site Studybox : « On s’est rendu compte qu’en tant qu’étudiants, on avait certaines difficultés dans certaines matières ; du coup on s’est dit que ce serait super utile d’avoir le document de ce type de la classe qui lui avait absolument tout compris. » (Vidéo sur Youtube, 2014). Ces propos nous font penser à un conseil final pour les étudiants usagers de ces sites : allez en cours avec le document de cet étudiant qui a tout compris. S’il a tout compris, c’est peut-être parce qu’il a entendu et noté les explications données en cours sur l’exemple qui lui a fait tout comprendre. Donc, allez en cours pour trouver les informations qui complètent les notes de cet étudiant, les informations qui feront que vous aussi vous aurez tout compris.

Faire ensemble : manuel sur l’animation de réseaux collaboratifs (coop-tic.eu)

Le site COOP-TIC.eu propose Faire ensemble, un manuel, des conseils, des fiches outils, des exemples et d’autres ressources utiles pour se lancer dans l’animation d’un réseau collaboratif.
Le site propose des parcours, selon différents activités, par exemple « Introduction à la coopération », « Animer un projet coopératif », « Communiquer, rendre visible son projet » ou « Ecrire à plusieurs », et d’autres encore.

http://ebook.coop-tic.eu

http://ebook.coop-tic.eu – CC-BY-SA – Images Eric Grelet

Un générateur d’ebook permet de créer son propre epub (ou pdf), avec les chapitres désirés.

Internet, le dernier espace de liberté…?

« Internet, le dernier espace de liberté », comme c’est bien vraifaux… peut-être… ne sais pas! Merci Google, Apple, Facebook, Twitter et Cie. Sans parler de la NSA, que certains préfèrent tout de même à Google en ce qui concerne les données personnelles!

Internet est devenu fortement commercial et est peut-être la plus belle incarnation de Big Brother (même lorsqu’il est gratuit, ne dit-on pas: si c’est gratuit, c’est toi le produit ou autrement dit « si on ne vous vend rien, c’est vous que l’on vend »). Et en effet, il n’est pas facile d’échapper aujourd’hui à l’un ou l’autre de ces produits tant ils sont faciles d’accès et pratiques.

Les services en ligne toujours plus centralisés de géants tentaculaires comme Google, Amazon, Facebook, Apple ou Microsoft (GAFAM) mettent en danger nos vies numériques. (degooglisons-internet.org)

C’est pourquoi a été lancée la campagne de Framasoft « Dégooglisons internet« , pour proposer des alternatives libres, gratuites et éthiques aux grands services comme Google Docs, Skype, Dropbox, Facebook ou Twitter entre autres, car comme le dit Tim Berners-Lee : « L’intérêt pour les libertés numériques est sans précédent ». Une grande et noble tâche à laquelle s’attelle Framasoft depuis quelques temps déjà puisqu’il nous est proposé gratuitement des alternatives libres aux principaux services et qui devrait continuer avec de nouveaux services jusqu’en 2017!

Vous pouvez soutenir cette action en participant ou en faisant un don, mais aussi en délaissant les services des GAFAM et en utilisant ces alternatives.

Voir en ligne : degooglisons-internet.org et une émission d’Espace 2.

Un documentaire, « Les Gardiens du nouveau monde », parlant de « l’émergence d’une nouvelle génération de militants hacktivistes » :

Une présentation du GULL et EthACK sur le sujet « Le coût du gratuit » : les slides, la vidéo

 Jeunesse, le monde de demain est entre tes mains… ;-)


SAEZ Jeunesse lève-toi par Blooms
 

Linguee : pour vous aider dans vos traductions

Parmi les multiples outils d’aide à la traduction disponibles en ligne, vous pouvez essayer Linguee. Ce site offre bien sûr un dictionnaire multi-langues, mais surtout, pour chaque mot ou expression que vous introduisez, il vous propose une série d’exemples en contexte incluant votre recherche, aussi bien dans la langue d’origine que dans la langue-cible. C’est donc une aide précieuse lorsque vous devez traduire un texte, ou simplement essayer de comprendre un texte dans une langue que vous ne maîtrisez pas complètement. Et la fonction d’auto-complétion, qui vous propose des suggestions au fur et à mesure que vous entrez votre recherche, n’est pas mal non plus !

linguee

Semaine de l’Open Access, c’est maintenant.

Bonjour,

Je me fais le relais d’un message que je viens de recevoir à propos de la semaine de l’Open Access qui se déroule actuellement.

Sehr geehrte Forschende an der Universität Freiburg,

Die Kantons- und Universitätsbibliothek Freiburg (KBU) engagiert sich für die Verbreitung des Open Access Prinzips bei den Forschenden, insbesondere durch die Massnahme “Stellen Sie Ihren Artikel auf RERO DOC”. Wie Sie wissen, ist RERO DOC der institutionelle Dokumentenserver der Universität Freiburg. Er erlaubt es, Artikel, die Sie in Zeitschriften publiziert haben und die urheberrechtsfrei sind, dauerhaft zu speichern.

Im Rahmen der Internationalen Open Access Woche haben wir ein spezielles Angebot für Sie: Sie sind eingeladen, Ihre entsprechenden Artikel im PDF Format an celine.saudou@fr.ch zu schicken. Das KBU Team wird dann das Hochladen auf RERO DOC für Sie übernehmen.

Für weiterführende Informationen zum Thema „Open Access in Freiburg“ besuchen Sie bitte unsere Webseite: http://www.unifr.ch/openaccess/de

Wir freuen uns auf die Zusammenarbeit mit Ihnen und stehen für weitere Informationen jederzeit zu Ihrer Verfügung.

Mit freundlichen Grüssen,

Die Arbeitsgruppe Open Access Freiburg

Mesdames, Messieurs les chercheurs,

La Bibliothèque cantonale et universitaire (BCU) et l’Université de Fribourg s’engagent à promouvoir l’Open Access auprès de la communauté académique, notamment en lançant l’opération « Déposez vos articles sur RERO DOC ». Comme vous le savez, RERO DOC est le serveur institutionnel de l’Université de Fribourg. Il permet de conserver de manière pérenne les articles que vous avez publiés dans des revues et qui sont libres de droit.

Dans le cadre de la Semaine internationale de l’Open Access, nous vous invitons à envoyer vos articles libres de droit en format .pdf à l’adresse celine.saudou@fr.ch. Notre équipe se chargera de les déposer directement sur RERO DOC.

Pour plus d’informations sur l’Open Access à Fribourg, consultez la page qui lui est dédiée: http://www.unifr.ch/openaccess/fr/

Nous vous remercions d’avance pour votre collaboration et restons à votre entière disposition pour toute information complémentaire.

Bien à vous,

Le GT Open Access Fribourg

Turbolecture avec Squirt

Vous devez lire beaucoup de textes sur des sites web, en en extrapolant le sens, par exemple pour de la veille sur une thématique ? Squirt offre une solution originale et intéressante: il fait défiler le texte (mot par mot) en proposant un point fixe. Cela devrait augmenter la vitesse de lecture jusqu’à 2-3 fois.

Il s’agit d’un bookmarklet qu’on peut activer en l’ajoutant à sa barre des favorisdu navigateur (tirez ce lien sur votre barre des favoris pour le tester).

Une fois sur la page web, le billet de blog, ou autre, il suffit de cliquer sur le lien/bookmarklet, et le texte défilera mot par mot sur l’écran, à une vitesse désirée.
Pour ne lire qu’une partie du texte, il suffit de le sélectionner avant d’activer le bookmarklet.
Pour revenir sur la page en lecture « normale », on peut recharger la page (F5, CMD+R sur Mac).

A tester! Cela demande une période d’adaptation, et des maux de crâne ne sont pas exclus. Mais au final, c’est pas mal!

Merci au Blog du Modérateur pour cette trouvaille.

Les livres électroniques : les avantages du format EPUB 3

Affiche EPUBLe Centre NTE teste actuellement sa plate-forme de production et de publication de livres électroniques (ou livres numériques). Deux ouvrages incluant des vidéos ont été réalisés pour la Prof. G. Petitpierre en Pédagogie Curative avec cet outil. Il est simple d’utilisation,  en ligne et ouvert aux enseignant·e·s.

Pour rappel, le livre électronique « est un livre édité et diffusé en version numérique, disponible sous forme de fichier, qui peut être téléchargé et stocké pour être lu soit sur un écran tel que celui d’un ordinateur personnel, d’une liseuse ou d’une tablette tactile » (cf Wikipédia).

smartphone_pdf

 

Un simple fichier PDF pourrait faire l’affaire mais il a une mise en page rigide, qui ne s’adapte pas à l’écran sur lequel il est lu, ce qui le rend mal adapté aux petits écrans des tablettes et des smartphones (voir l’image ci-contre, la page « déborde » de l’écran lorsque l’on veut zoomer).

 

Le format EPUB 3 lui s’adapte à toutes les tailles d’écrans. En outre il smartphone_epubpermet des interactions avec le lecteur comme des quiz ou l’ajout de clip audio et vidéo.

 

tabletteSi vous êtes enseignant·e et que vous êtes intéressé·e à créer ou convertir un de vos cours (une importation de fichier Word est possible), contactez-nous à l’adresse nte@unifr.ch.

Voir aussi les anciens billets :