Attention, concentration, motivation

Dans le cadre des formations continues de l’Etat de Fribourg, j’ai pu assister à la formation ayant pour nom « Attention, concentration, motivation » donnée par Yves-Alexandre Thalmann.

Cette formation continue, très intéressante, avait pour but de nous expliquer les mécanismes de l’attention, comment la concentration en dépend grandement et comment l’on peut agir sur nos problèmes de motivation qui peuvent en découler dans le quotidien comme dans le milieu professionnel.

Je vais présenter ici quelques informations que j’ai relevées durant ce cours. Celles-ci peuvent servir à tout le monde, collaborateurs et collaboratrices, professeur·es et même étudiant·es.


L’attention est un mécanisme cérébral permettant d’isoler certains stimuli afin de les traiter consciemment. Elle concentre l’activité mentale sur un objet pour s’y consacrer pleinement. Elle fait partie de ce que les spécialistes appellent les fonctions exécutives, avec notamment la capacité à organiser et à planifier, soutenues principalement par les zones du cortex préfrontal.

Durant le cours, il a notamment été mis en évidence que l’attention automatique est gérée par des mécanismes de survie, ce qui est surprenant, nouveau, effrayant ou contrariant va capter notre attention en prendre la main sur l’attention volontaire, autrement appelée la concentration.

L’attention se divise donc en deux : l’attention automatique et la concentration, la première prenant toujours la main sur la seconde.

Les concepteurs d’applications ont bien compris ceci et utilisent les mécanismes de l’attention automatique lors de la conception de leurs systèmes tels que les notifications, sonneries, popup, etc.

La concentration est donc perturbée par de nombreux stimuli, de plus elle fatigue le cerveau. Il est donc nécessaire de faire des pauses régulières lors de périodes de concentration et de ne pas succomber au multitâche. En effet, la concentration ne peut être partagée le multitâche est donc un mythe, la fatigue est accentuée car nous alternons constamment notre attention entre deux sujets mais nous ne travaillons pas plus rapidement pour autant.

L’ennemi de la concentration, quand il s’agit d’exécuter une tâche exigeante, est donc tout ce qui peut distraire le cerveau, la palme revenant actuellement aux téléphones portables.

Voici également un tableau présentant quelques façons de favoriser la concentration dans un univers de travail :

Distracteurs Mesures
Bruits ambiants Isolement
Bouchons auriculaires
Casque audio
Dérangements Fermeture de la porte
Horaires de disponibilité
Moments d’indisponibilité
Consultations de la messagerie réduites
Smartphone hors de portée
Tentation du multitâche Fixation de priorités
Organisation des tâches
Listes à biffer
Pensée parasites Pleine conscience
Défusion mentale

Voici déjà quelques bonnes pratiques à essayer.
J’ai pour ma part tenté de réguler ma consultation des courriels à horaire fixe plutôt que d’avoir le programme constamment ouvert, pareil pour les notifications du téléphone portable qui sont désactivées durant le travail. J’ai ainsi pu noter une amélioration de ma concentration même si cela demande une pratique à plus long terme, le tout étant de réussir à garder ces bonnes pratiques, ce qui permettra de vous parler du troisième élément de cette formation dans un prochain billet de blog : la motivation.


Le site web d’Yves-Alexandre Thalmann : www.yathalmann.ch
Photo by Paul Skorupskas on Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.