Questionnaires à choix multiples : retour sur les avantages et inconvénients

Avec toutes les tâches qu’ils/elles doivent accomplir, et face à la taille de certaines classes, les enseignant·e·s recourent fréquemment aux questionnaires à choix multiples (QCM) pour gagner du temps dans l’évaluation. Il vaut donc la peine de réévaluer de temps en temps leurs avantages et inconvénients. C’est ce que fait Maryellen Weimer dans son article Multiple-Choice Tests: Revisiting the Pros and Cons, en proposant aussi quelques idées pour répondre à certains des problèmes qu’ils posent.

Ainsi, plutôt que de créer des questions qui évaluent uniquement si l’étudiant·e a mémorisé certains faits et détails, des questions bien pensées peuvent stimuler des compétences de plus haut niveau, comme l’application ou l’intégration des connaissances acquises. Mais pour cela, il faut accepter qu’écrire une bonne question prend du temps.

De même, la formulation des réponses permet parfois aux étudiant·e·s de deviner la bonne réponse par déduction. Il faut donc éviter les réponses erronées trop évidentes, ou encore demander à l’étudiant·e de donner son degré de confiance dans sa réponse, qui comptera dans l’évaluation.

Interrogé·e·s sur leurs préférences pour l’évaluation, la plupart des étudiant·e·s citent les questionnaires à choix multiples, car ils/elles les trouvent plus faciles. Et cela est souvent vrai. En effet, il ne leur est pas nécessaire de générer une réponse, mais seulement d’en sélectionner une. De plus, ils/elles sont habitué·e·s à des QCM qui testent la mémorisation, ou leur demandent des réponses apprises par coeur, sans qu’elles aient été forcément bien comprises. Il faut donc créer des questions qui les obligent à réfléchir.

Nous vous rappelons que dans Moodle, vous pouvez créer un QCM avec l’activité « Test ».